Une bulle qui a fait trembler le globe

En 2008 a eu lieu une crise économique mondiale venant des Etats-Unis. Mais comment est-elle arrivée ? La puissance Etats-Unienne s’est heurtée à ses limites. Que s’est-il passé ensuite ? Quelle a été la réaction du pays et de l’Etat ?

La crise part du marché de l’immobilier aux Etats-Unis et principalement les maisons de ”M et Mme Toutlemonde”. De 2001 à 2007, le prix des maisons n’a cessé d’augmenter, la majorité des Etats- Uniens devant donc emprunter à la banque pour accéder à la propriété.

Mais certaines personnes ne pourront pas rembourser et la banque le sait. Elles appartiennent à la catégorie appelée « subprime » (ils sont dans la catégorie en dessous). Pourtant la banque leur prête quand même de l’argent car elle a une technique, une sorte d’assurance si le prêt n’est pas remboursé : les prix, c’est-à-dire les valeurs, des maisons augmentent donc si une personne subprime ne peut pas rembourser, la banque l’expulse, récupère la maison et la revend plus chère.

Une « bulle » se forme alors rapidement et fait grimper les valeurs des maisons car tout le monde en achète mais au bout d’un moment, plus personne n’emprunte car le prix de l’immobilier augmente fortement, tandis que les salaires stagnent. De nombreux prêts ne sont pas remboursés, ce qui entraîne l’accumulation de biens immobiliers en vente, qui ne trouvent pas d’acheteurs : la bulle explose. Illustrée par la faillite de la banque Lehman Brothers, la crise des Subprimes est à la fois financière (faillite des banques) et sociale, des dizaines de milliers d’Etats-Uniens perdant du jour au lendemain leur foyer.

« Tant que la musique joue, nous continuons à danser »

avait dit le PDG de Citigroup en 2007.

« Sauf qu’à ce moment là, la musique s’était déjà arrêtée »

déclare George Soros dans Inside Job, 2010

Quand un NINJA achète une maison, c’est le monde qui s’effondre

Reprenons l’exemple de Lehman Brothers, c’est une banque américaine qui gagnait plein d’argent. Malheureusement elle en perdit tellement qu’elle du faire faillite. Le gouvernement américain n’a pas aidé cette banque volontairement pour montrer que l’Etat ne financera pas les banques qui prennent trop de risque.

« L’absence de garanties prévenant les dérives d’un certain totalitarisme du marché a ainsi créé un climat propice à l’emballement conduisant à la crise »

Lequesne-Roth

En effet, la puissance américaine repose sur le libéralisme, c’est à dire que l’état intervient pas ou très peu dans les affaires des gens. Mais Lehman Brothers a entrainé dans sa chute la Bourse américaine et les autres banques d’investissement étrangères.

Les Etats-Unis voulaient montrer que les gens pouvaient se débrouiller tout, seul, que le marché pouvait s’autoréguler. Mais ça n’a pas été le cas. Pour éviter une crise d’une trop grande ampleur, il a fallut l’intervention du gouvernement pour aider les gens sans maison et les banques en faillite.

« Le pire n’est pas de ne pas savoir, mais c’est de croire quelque chose de faux »

Ils ont aussi baissé les impôts. Mais les Etats-Unis n’avaient pas assez d’argent, ils ont du en emprunter à la Chine qui pendant ce temps là, montait en puissance comme on peut le voir sur la carte qui montre les pays qui ont gagné (vert) ou perdu (marron) de l’argent en 2009.

Croissance du PIB en 2009 : Les pays marrons sont en récession, ils perdent de l’argent, et les pays en vert en gagne. La crise a entrainé les autres pays du monde (marron) sauf la Chine, en vert.

Si l’Etat n’a pas voulu intervenir au début la crise se conformant à son idéologie libérale qui a fait la puissance des Etats-Unis, c’est quand même l’intervention des Etats Unis sur les taux d’intérêts qui a fait gonfler la bulle : suite à l’éclatement d’une bulle précédente avec internet en 2001, les Etats-Unis ont fait baisser les taux d’intérêts, trop bas, trop vite. Ce qui a fait diminuer le coût d’achat d’une maison car il y a avait alors moins à rembourser à la banque quand on achetait à crédit. Du coup même les plus pauvres pouvaient acheter une maison. Il y avait donc beaucoup d’acheteurs. Ce qui a aussi fait monter la bulle jusqu’en 2007. Quand l’Etat a voulu remonter les taux d’intérêts, ils les ont remonté trop haut, trop vite, et donc les gens devaient rembourser plus leurs crédits sans en avoir les moyens, ce qui a contribué à créer la « bulle » des subprimes.

Schéma explicatif de la crise des Subprimes de 2007

Comme le marché d’échange des titres CDO/ABS n’était pas régulé, certaines banques vendaient de tels contrats qui étaient des bombes à retardement sans le dire, et même en ‘shortant’ ces produits, c’est-à- dire que moins ces contrats avaient de valeur, plus il y avait de gens expulsés, plus ils gagnaient d’argent.

La titrisation : C’est une innovation de la finance moderne qui consiste à transformer des prêts immobilier divers et variés en des valeurs facilement négociables ayant un titre que la banque d’origine pouvait revendre sur le marché mondial. Cela a permis aux banques qui prêtent de l’argent aux particuliers de se décharger des risques de non remboursement puisqu’elle est payée tout de suite, et c’est celui qui a racheté le contrat qui prend le risque. C’est comme la patate chaude, elles veulent se débarrasser du risque.

« Pour ne pas se faire avoir, il faut lire les petites lignes des contrats, vous savez, le genre de petites lignes que personnes ne lit ? comme ces cookies à accepter ? Ces politiques de confidentialité et autres… Même si la plupart vous dirons qu’il n’y a aucun risque. »

Le prêt Ninja: c’est le nom du crédit le plus populaire à l’origine de la crise. Ça signife : ‘’No Income No Job, No Assets’’, qui veut dire « Aucun revenu, aucun travail, aucun apport personnel ». En effet les banques prêtaient quand même à toutes ces personnes qui finalement étaient quasi certains de ne pas rembourser leur crédits pour deux raisons :
1) Ces banques se débarrassaient du risque de ne pas être remboursés par la titrisation.
2) parce que la valeur des maisons augmentait, et que si le prêt n’était pas remboursé, il su sait d’expulser les gens et de revendre la maison plus chère.

Shorter, ou Comment gagner de l’argent en pariant que quelque chose va s’effondrer :

Si on pense que la valeur de quelque chose va prendre de la valeur, on peut en acheter et en revendre plus tard, longtemps plus tard. Au passage on a gagné de l’argent.

Mais comment gagner de l’argent si on pense que quelque chose va perdre de la valeur ? On se met d’accord avec quelqu’un qui possède de ces choses là, pour lui demander d’en vendre pour nous, puis de les racheter que plus tard sur le marché, et que s’il gagne ou perde de l’argent, c’est nous qui en prenons le risque. Ainsi s’il doit dépenser plus d’argent pour racheter ce qu’il a acheté, on lui donne ce qui lui manquait comme argent, mais si les choses ont perdu de la valeur, ça coûte moins cher de les racheter, et donc on gagne de l’argent. On a échangé le risque (swap en anglais). Quand on pense que la valeur de quelque chose va augmenter, on a une liste longue à acheter mais quand on pense le contraire, une courte liste (short).


Voilà c’est fini, j’espère que vous avez appris quelques trucs. Si vous voulez en savoir plus, regardez dans les sources, j’ai mis un lien vers une vidéo YouTube qui explique autrement et deux films que je vous conseil de regarder.

En fait, cet article je l’avais écris pour mon cours de géographie, mais chut ! 😉

Sur ce,
À bientôt !


Sources

Articles

Major-prépa, La crise des subprimes aux Etats-Unis, 2016, Lemoine

Cairn.info, Lequesne-Roth Retour sur la crise des « subprimes » – autopsie d’une déraison d’Etat , Revue internationale de droit économique, vol. t. xxiii, 2, no. 2, 2009, pp. 219-242.

Wikipédia : Crise des subprimes – Crise économique mondiale

Vidéos

Chaîne Youtube Eu?reka :

Films :
The Big Short, de McKay, 2015
Margin Call, de Chandor, 2011

Affiche Margin Call
Affiche The Big Short

Illustrations :
Carte, Wikipédia
Bande dessinée et schéma, Eva